Accidents de pêche

En mer les accidents de pêche, coupures, morsures, brulures,piqûres de méduse ou de vives ,hameçons mal placés, peuvent toujours survenir par l’enchainement de circonstances malheureuses.

Pour réagir au mieux en cas « d’accident de pêche » et ne pas devoir se diriger directement aux urgences souvent débordées… il est préférable de prendre les devants en ayant à bord le strict minimum pour soigner les situations les plus courantes. Vous pourrez retrouver la liste de la trousse de secours dans notre rubrique réglementation sécurité ici

Trousse de secours pour navigation en mer

la liste des accidents corporels « relativement bénins » pouvant survenir peut-être particulièrement longue et non exhaustive ! On commence donc par :

1) les célèbres hameçons

On retrouvera des hameçons du simple au triple piqués dans la peau à divers  endroits parfois insolites. Je me rappelle lors d’un passage aux urgences (et oui ça m’arrive aussi !) avoir vu arriver un gars avec un hameçon et une bouillette piquée dans le sein comme un  percing…. je n’ai pu m’empêcher de rire, mais ça fait très… très mal !

La première chose à faire est de protéger la partie du corps touchée en coupant la ligne en relation le poisson pour éviter le sur accident… Ne jamais couper le métal à ras de la peau  encore moins (comme je l’ai déjà fait dans une autre vie)  couper la peau et une partie « de la viande » vous laissant une cicatrice à vie, en risquant le tétanos.

Vous avez alors plusieurs possibilités :

–si  la pointe est peu profondément enfoncée elle peut être ressortie (en serrant un peu les dents)… couper alors  l’ardillon et effectuer le trajet inverse à l’hameçon.

–Plus délicat, si c’est un hameçon triple et que la pointe ne peut être ressortie, il faut couper les autres branches pour éviter de rajouter des problèmes en laissant une hampe le plus possible intacte.

– Si la pointe est plantée dans l’œil (sic!…), à éviter absolument (en portant des lunettes en toute saison) vous devrez fermer les yeux  pour éviter d’aggraver les lésions de l’œil blessé et  appeler le C.r.o.s.s. (Centre régional et opérationnel de surveillance et de sauvetage) sur le canal 16 de la VHF, et le numéro 196 avec un téléphone portable. Vous indiquerez votre position afin que les secours puissent venir vous chercher très rapidement.

2) Les morsures

Elles ne sont pas rares si vous pêchez certains poissons ou crustacés. Le congre ne lâche pas facilement son repas. Le coup de hachoir derrière la tête lui fera lâcher prise. Le pincement de la raie n’est pas mal non plus …

Pour les homards si vous avez » la chance » qu’il en pince pour vous il ne vous lâchera pas, à moins de le poser délicatement au fond du bateau. Retrouvant la « terre ferme », il lâchera sa prise. Inutile de le massacrer pour récupérer vos précieux membres !

3) les coupures et plaies

Elles sont en bonne position dans les blessures les plus courantes. Les couteaux, coquillages, huitres et autres moules auront vite fait de taillader vos doigts. Vous pouvez alors utiliser les compresses que vous avez dans votre trousse de secours dont j’ai parlé plus haut. Il faudra les imbiber de Biseptine ou de l’eau oxygénée pour nettoyer la plaie de l’intérieur vers l’extérieur. On finira avec un pansement étanche ou de la gaze et une bande. En cas de saignements importants ou d’hémorragie, il faut comprimer fermement la plaie en posant la main dessus et ne pas relâcher la pression ou demander à votre coéquipier(e) de le faire si vous n’êtes pas seul.. Appelez le Cross dans ce cas qui vous donnera des conseils et déclenchera les secours appropriés.

4) les piqûres et brûlures

En mer, elle vous laissent un souvenir cuisant (au premier et 2eme degré )  et particulièrement douloureux. Les piqûres et brûlures peuvent être le fait de méduses ou de poissons comme les vives par exemple.

Concernant les méduses, on en rencontre principalement 3 sous nos latitudes: Aurelia (Manche), Rhizostoma (Atlantique), et Pelagia noctiluca (Méditerranée), de loin la plus urticante des trois.

 La brulure se retire après rinçage à l’eau de mer en saupoudrant la zone touchée avec du sable chaud, laisser sécher,  et avec la tranche d’une carte bancaire (ne jamais s’en séparer même sur l’eau ! ),rincer  à nouveau l’eau salée surtout pas d’eau douce qui fait exploser les poches de venins des filaments sur votre corps.

Pour les vives, vous avez 2 solutions:

– La majeure partie des venins sont détruits par la chaleur, vous pouvez si vous avez un briquet traditionnel approcher la flamme de la piqûre. À la température de 56° le venin est détruit et la gêne disparaît rapidement. Il ne faut pas utiliser de briquets qui projettent des flammes sous pression comme le briquet tempête qui est à proscrire car vous serez brûlés directement. Le mieux est parfois l’ennemi du bien .

La 2e solution consiste à éventrer  la vive la coupable (pas rageusement elle n’a fait que se défendre) ,puis on extrait le foie en appliquant celui ci sur la piqure. Celle ci se résorbe alors presque miraculeusement….Si vous ne faites pas cela vous risquez de vous rappeler longtemps des heures de grandes marées hautes ou basses, les douleurs pouvant revenir brusquement pendant plus de 6 mois, bizarrement à ces heures ! Etonnant non?

Un autre risque qui est souvent négligé est l’hypoglycémie. En mer ce type de problème peut prendre une tournure grave en cas d’effort prolongé de négligence de prises de petit déjeuner  le matin pour arriver plus vite au bord de l’eau. Vous pourrez alors avoir un malaise grave ou même une perte de connaissance. Le remède est assez simple il vous faut des sucres rapides trouvés dans les sodas par exemple et des sucres lents fournis par les biscuits secs ou barres de céréales. Vous pourrez alors revenir à bon port en meilleur état.

Vous aurez compris que le contenu de la trousse de secours doit être étudié avec beaucoup de minutie pour pallier à toutes ces difficultés que vous rencontrerez forcément un jour ou l’autre. Les astuces proposées dans cet article que nous avons toutes testées vous éviteront aussi bien des douleurs inutiles. N’oubliez pas qu’en mer vous devez absolument rester calme et réfléchir avant d’agir pour prendre les bonnes décisions. À votre tour a terre consultez un médecin en cas de doute ou le 15 pour les urgences. Les loisirs comme la pêche en mer doivent rester un plaisir, j’espère que ces conseils que nous avons réunis lors de nos expériences parfois malheureuses vous servirons à éviter ces accidents en mer ou à en limiter leurs conséquences.

 

Laisser un commentaire