Conserver ses appâts pour la pêche en mer

Comment disposer par tous les temps d’appâts frais pour la pêche en mer ? L’astuce, c’est le salage ou la salaison qui vous apportera la meilleure solution de conservation couplée avec d’autres…

préparation à la conservation des vers

Cette technique de conservation des appâts vous évitera la putréfaction des chairs.et vous aurez des appâts disponibles en tout temps. En effet celles-ci se dégradent à cause des microbes présents dans l’eau. En pénétrant les chairs, le sel investit tout le liquide de la bête, évitant le pourrissement… Vous saurez au moins pourquoi le saucisson et le jambon et aussi les poissons, comme le saumon se conservent aussi bien…

Pour la pêche, seules quelques espèces de poissons comme la dorade ou le marbré sont plus regardant sur la fraîcheur du produit. Vous pourrez facilement tenter les poissons plats : plie, carrelet, turbot, et même les bars merlans et sars. Vous pouvez en début de saison, récolter vers et coquillages. Une fourche de jardin, ou fourches à bout arrondi, voire un louchet( à droite sur photo) feront l’affaire.

fourche à vers et louchet pour arénicoles

Pour les vers la récolte s’effectue dans les zones sablo- vaseuses. On repère les petits tortillons de sable en surface. On peut essentiellement trouver deux types d’arénicoles dans nos régions :

le vers rouge (vers à œil) qui creuse une galerie en U. On enfonce la fourche au maximum, à partir du trou opposé aux tortillons. On retrouve assez facilement le vers dans les mottes de sable.

recherche des arénicoles en merpêche d'un ver à oeil

Le vers de chalut ou vers noir à une meilleure tenue à l’hameçon mais il est plus difficile à récolter. Il convient dans ce cas d’utiliser le louchet, ou la pompe à vers. La galerie est verticale et il faut descendre au fur et à mesure en tournant autour du trou pour le trouver. Vous pouvez séparer dès le ramassage les vers abîmés de ceux qui ne le sont pas.Sachez aussi que pour les vers marins:l’arénicole,la gravette (néréide) et le bibi (siphoncle), le ramassage est réglementé et limité à 500g par jour et par personne dans notre région pour l’ensemble de ces espèces.

La récolte étant réalisée, la préparation peut commencer.

récolte de vers

L’avantage est que lorsque vous n’avez pas de temps pour chercher ou acheter : couteaux, Bibi, vert de chalut, arénicole, pestiche, Mourron , ou vers tube, vous pouvez ressortir vos préparations culinaires la veille de la pêche.

Trois méthodes cohabitent la saumure, le salage, et l’assèchement avant la congélation :

  • 1) la saumure :

C’est une préparation liquide saturée en sel. Il faut disposer d’un endroit sec et aéré où vous mettrez vos récipients (un garage par exemple).

conservation des vers de mer dans saumureconserver les vers dans la saumure

Première possibilité Vous pouvez y mettre les coquillages en ne piochant qu’en fonction des besoins. Ils le supportent très bien.

Deuxième possibilité, vous laissez mariner pendant deux semaines en retirant puis en les disposant à l’air libre sur une clayette en bois les vers, mais aussi les coquillages débarrassés de leur coquille. C’est un très bon compromis pour la pêche au lancer surtout pour les vers (arénicoles ébrodés).

  • 2) le salage :

 Les liquides sont absorbés totalement par le gros sel. C’est le principe de l’osmose le sel dissout dans l’eau prend place à l’intérieur des chairs. L’évaporation de l’eau est ainsi forcée ce qui ne laisse que les chairs. Le rétrécissement est important avec la durée. Il faut donc stopper le salage au bon moment. On utilise alors du gros sel sur un plan en bois puis on répartit les vers et coquillages généreusement saupoudrés de gros sel.

methode de salaison des verssalaison des vers à oeil et arénicoles

On oublie le tout pendant quelques jours jusqu’à une semaine environ plutôt pour les coquillages. Les vers étant plus délicats trois jours suffisent.

Il convient de vérifier quand même que la texture reste souple et ferme à la fois. On peut alors stocker le tout aux frais, dans une boîte en bois dans du papier journal Avant de les ressortir pour l’utilisation plus tard. Pour ces deux premières méthodes la veille de la partie de pêche, mettez à tremper dans un récipient d’eau de mer vos appâts qui se regorgeront d’eau miraculeusement comme neufs, nickel chrome le lendemain.

  • 3) L’assèchement avant la congélation :

C’est le même principe que le salage, il faut juste arrêter le séchage plus tôt. En effet les vers demandent 48 heures maximum, et les coquillages trois à quatre jours. Il faut juste saisir les chairs et concentrer un peu les sucs (humm…un régal !) Sans dessécher le produit. Après la réalisation du salage on emballe nos appâts avant de les déposer discrètement… au congélateur.Vous pouvez pour les coquillages,si vous disposez d’une machine pour mettre sous vide en mettre quelques un comme les coques pour les stocker au réfrigérateur ou au congélateur. Veillez à ce que Madame ne les confonde pas avec de petites saucisses ! Vous pourrez les utiliser immédiatement après décongélation. Ils gardent toute leur souplesse.

En préparant vos appâts durant l’année, vous aurez à disposition des esches très efficaces lorsque la bise sera venue et que plus personne ne trouvera de vers ou de coquillages facilement. C’est justement, comme par hasard c’est à ce moment-là que les poissons ont le plus faim. À vos fourches et grattoirs prêts, partez…

Je remercie Jean François C. pour sa participation active à la réalisation de ce petit tutoriel.

Enregistrer

Enregistrer