Le congre à la palangre

 

la pêche à la palangre est une technique de pêche aux engins dormants bien particulière et plus subtile qu’il n’y paraît. Elle demande de grandes capacités d’observation et des règles intangibles si l’on veut réussir là où d’autres font bredouille sur bredouille. J’entends déjà les Cassandre clamer que c’est une pêche de « nœuds –nœuds » voire que l’on est souvent sur le fil (du rasoir)… Je n’ai pas pu m’empêcher ! Amateurs de sensations fortes c’est une pêche pour vous !

Nous allons étudier dans cet article la pêche au congre. La méthode de pêche est valable pour différents poissons comme le bar ou la sole, mais la technique est différente et sera abordée dans un article ultérieur.

Je pensais la pêche aisée car pour moi le congre était particulièrement vorace et se jetait sur tout ce qu’il trouve. Il n’en est rien. En fait c’est un poisson très délicat qui ne mange que du poisson, mollusques ou des déchets frais.

C’est un animal peu apprécié de l’homme et des pêcheurs car sa morsure est particulièrement douloureuse, toutefois ce n’est pas le monstre qu’on imagine, il est plutôt discret si vous ne le dérangez pas. Il sort essentiellement la nuit ou par temps couvert ou agité.

Petit  rappel de la réglementation :

A partir d’un bateau avec un titre de navigation la pêche avec deux palangres est autorisée avec 30 hameçons chacune. Personnellement je vous recommande en fonction du type de poisson recherché des palangres de 10 à 15 hameçons maximum. À Saint Jean-de-Monts, nous n’utilisons pas d’appareils de relevage électriques qui sont autorisés toutefois jusqu’à 800 W. La palangre devra être signalée correctement avec une ou deux bouées marquées à chaque extrémité. Évitez évidemment de mettre vos palangres dans le chenal, les estuaires ce qui est dangereux et interdit.

Préparation de la palangre :

il est préférable d’utiliser une palangre en cordelette bitumée plus solide que le crin que l’on stockera dans un récipient de forme évasée. (Voir photos). Vous pouvez d’ailleurs fabriquer vous même un bac ou caisse à palangre .

À intervalles réguliers vous installerez des avançons (environ toutes les brasses /1,8 m) pour avoir au total une douzaine d’hameçons .

montage palangre congre (6)montage palangre congre (3)

 

L’émerillon est monté avec un hameçon spécial l’intégrant, ce qui évite de vriller l’avançon.

montage palangre congre (1)

C’est d’autant plus vital que le congre a le chic pour vriller toutes les lignes !

Il est essentiel si vous ne voulez pas vous retrouver avec des emmêlements inextricables dans la ligne de ranger méthodiquement votre palangre dans le bac à palangre prévu à cet effet .

montage palangre congre (8)montage palangre congre (7)

 

et de limiter le nombre d’hameçons (12 maximum) aux vues des résultats élevés avec cette technique.

Vous devrez aussi placer tous les 3 ou 5 hameçons  un plomb d’environ 100g pour plaquer la palangre au fond .

Des flotteurs seront positionnés (voir schéma) à intervalle régulier tous les 3/4 hameçons en veillant à ce qu’ils ne puissent être en contact avec les hameçons proches  .Évitez de les solidariser au cordeau ;il est préférable de les prévoir amovibles au bout d’un avançon.

palangre de fond plombée

Les hameçons devront être installés dans l’ordre du déroulage pour l’immersion. Le boëttage s’effectuera de préférence avant la pose de la ligne. Vous choisirez une lanière de maquereau, un encornet, une tête de seiche ou encore une sardine, le tout impérativement frais, très très frais…

Pour la dépose de la ligne deux méthodes sont possibles :

1° utiliser la dérive du courant et du vent

C’est la méthode que nous utilisons généralement car elle nous semble plus sûre. Sortez impérativement à deux pour cette pêche car il y a quelques difficultés techniques et il faut manœuvrer le bateau pendant la mise à l’eau de la ligne. À l’usage ce n’est pas évident car on dépend du courant et des vagues comme vous pourrez le constater dans la vidéo (à venir). On n’est pas vraiment maître de la manœuvre. Ayez un couteau à portée de main .Evitez de porter bracelets bagues et autres boutons sur vêtements car vous pourriez vous retrouver sur la ligne à la place du congre .Ca ferait désordre au retour, si il fallait expliquer pourquoi vous êtes resté à l’extrémité de la palangre ! (sic)

schéma dépose d'une palangre

-2° utilisation du moteur.

C’est un peu comme pour le filet, cela paraît plus risqué pour le non-initié mais si c’est bien fait (comme on dit…) personne ne s’en plaindra ! Pour ce, on mettra la marche avant lente et on déposera la première bouée avec le lest et la palangre dans la foulée (voir schéma palangre de fond horizontale) pour terminer avec le second lest et la bouée.

On n’oubliera pas bien sûr de marquer le point au GPS ou de repérer les amers pour les puristes ; des surprises étant toujours possible lors de la récupération… Evitez de mouiller la palangre à proximité d’autres engins dormants matérialisés par des fanions; lors de notre essai nous avons eu notre ligne coupée par un malfaisant malgré une distance d’éloignement de 100m de très grands fanions…. !

On laissera la palangre de quelques heures à une nuit pour cette pêche au congre.

Relevage de la ligne :

Il se fait moteur arrêté dans le sens de la dérive pour faciliter la récupération. Pour le congre inutile de finasser et de prendre des risques car ils ont en général bien engamé l’esche. Il vaut mieux couper ou décrocher l’avançon et déposer le congre tranquillement dans une poubelle du genre de celle utilisée pour pêche de la seiche (voir vidéo sur le sujet). N’oubliez pas ranger soigneusement la palangre dans son bac et les hameçons dans l’ordre au fur et à mesure.

Une deuxième méthode est aussi possible est peut-être moins risquée que celle que nous avons utilisée dans notre vidéo(à venir).

Dans un premier temps on relève le lest le plus en aval de la dérive

Relevage de la palangre

On retire la bouée , l’orain et le plomb en remplaçant le tout par une bouée à l extrémité de la palangre (1) .On se préoccupe alors de la deuxième bouée et du lest en amont ,au plus près du vent (2) que l’on relève complètement. La palangre est alors vite récupérée aisément sans accroche car elle n’est plus lestée (3). C’est mieux quand on le fait…

De retour à terre, vous êtes certain d’être rapidement célèbre.

DCIM100GOPRO

Il vous reste alors qu’ à vous régaler de vos prises car c’est un poisson tout à fait appréciable contrairement à ce que l’on prétend pourvu que l’on sache le cuisiner. La partie à l’arrière de la tête jusqu’à l’anus étant la meilleure. Le reste pouvant être utilisé en soupe de poissons.

Pour le manger dans d’excellentes conditions, je ne saurais trop vous conseiller auparavant d’effectuer une salaison à sec du poisson, après avoir ôté la tête et coupé au niveau de l’anus. On garde ainsi la meilleure partie du congre pour la cuisine.

On détaille le poisson en tronçons de 20cm. Puis, on incise le dos de chaque coté pour retirer l’arête. On retire alors la peau et la membrane intérieure tapissant les flancs.

Préparation congrepréparation congre (6)

préparation congre (7)préparation congre (8)

La salaison s’effectue en frottant avec du sel. Le poisson est posé dans un plat puis recouvert de sel pendant une bonne semaine suivant l’épaisseur du morceau en l’oubliant au réfrigérateur. Regardez quand même le lendemain et retirez l’eau rendue par le poisson. Vous pouvez aussi le stocker plus longtemps en le mettant au congélateur non salé et juste tronçonné.

La recette goûteuse se trouve dans la rubrique recettes de cuisine.

Si cet article vous a aidé, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage ou sur les réseaux sociaux !