Pêche à la palangre en bateau

Comment pêcher facilement en sécurité à la palangre en bateau?. Vous rechercherez la dorade, le bar,le maquereau le merlu mais aussi le tacaud ou la Julienne,voire la sole dans le cadre d’une pêche durable.il est plus intéressant de rechercher spécifiquement des poissons avec des appâts qu’ils consomment habituellement afin de favoriser la préservation du milieu et de la ressource .La technique est utilisable en bateau ou du bord.

la réglementation actuelle nous autorise à détenir à bord et à utiliser pour cette pêche aux engins : 2 palangres munies chacune de 30 hameçons au maximum.

C’est largement suffisant pour une pêche active. La pêche à la « ligne de fond « présente un certain intérêt, car, lorsqu’il n’est pas agréable de pêcher au mouillage à cause du clapot ou autre,elle permet alors de capturer aussi certains poissons que l’on ne prend pas à la traîne, tels les daurades, roussettes, raies, plies, congres et même parfois vieilles, lieus….



 

 

On montera ses lignes en fonction des poissons recherchés,du lieu de pêche choisi,des esches dont on dispose et aussi de son tempérament de pêcheur,car ce genre de pêche n’est pas de tout repos contrairement à ce qu’on pourrait croire!

D’abord, on abordera cette pêche en bateau avec 2 personnes minimum à bord pour des questions de sécurité et pratiques. La ligne sera installée dans un panier à palangres (ou bac à palangres) afin d’avoir un rangement optimisé.

 

Nous avons récemment testé un bac à palangre qui limite au minimum  les risques lors de la mise à l’eau et le retour à bord de la ligne. Il est utilisable sur tous types de navires coques rigides ou semi rigide (zodiacs).

Ce seau à palangre s’avère fort pratique et permet le boëttage des appâts juste avant la partie de pêche. Voici quelques conseils que l’on peut mettre en application et qui diffèrent légèrement du bac classique (étudié précédemment).

Nous utilisons un bac Japalangre pour les pêches à la ligne semi flottante ou flottante. Cela nous permet de mettre un peu plus d’hameçons sur notre palangre (30 par palangre Max) que pour la pêche de fond au congre par exemple.

 

Après montage de la palangre à la maison selon l’usage et les poissons recherchés (voir ci dessous les types de palangres), la mise en place s’effectue de la manière suivante :

A) Eschage:

On met un peu d’eau dans le panier à palangre afin de mouiller celle-ci pour la débarrasser des dépôts de sel précédents ainsi que d’éventuels bouts d’algues qui pourraient gêner le bon déroulement des opérations.

On Boëtte (attache les appâts) la palangre au départ de pêche sur le distributeur par rotation de celui-ci.Le choix des appâts permet de sélectionner le type de poissons que l’on recherche :

-Des moules pour rechercher les dorades par exemple

-Des lançons, petits poissons,morceaux de seiche ou crabes pour le bar, Tacaud

-Les vers arénicoles, Bibi, gravettes, pour le tout venant comme la vieille ,le tacaud ou même le bar.

 

B) mise en place

Schéma dépose ou mise en place d'une palangre

Le bac à palangre est placé sur l’arrière du bateau légèrement surélevé afin de faciliter le déroulement de la ligne

On a au préalable sur le départ de la palangre, placé un boute de longueur supérieure à 30 % de la profondeur de pêche choisie.

Exemple : pour une pêche aujourd’hui à 15M de profondeur, il faut un boute palangre de 19,5M au minimum de chaque coté de la palangre..

Pour le boute du fanion et du lest il faudra (pour 15M de profondeur) tenir compte du marnage (amplitude marée basse/marée haute, exemple 5m) mais aussi de la houle qui peut varier (1m). Soit pour l’exemple :15+5+1=21m

On obtient la formule suivante:

Longueur du boute fanion= Profondeur+marnage+houle.

 

Cela permet de démarrer la mise à l’eau de la palangre sans avoir les hameçons dans les mains… C’est l’opération la plus délicate.

On accroche le boute de la palangre ainsi constitué à l’orin, qui supportera le fanion à la profondeur choisie et le lest du départ de l’ensemble. Après avoir mis en place,à fond, le boute de l’orin accroché à palangre, on embraye le moteur… et le filage de la ligne peut enfin commencer à une vitesse raisonnable de 3 nœuds. Cela peut paraître élevé au début, mais la sécurité du système fait que la tension sur la ligne génère automatiquement un bon positionnement et l’alignement de celle-ci dans l’eau.On préfèrera une mise à l’eau vent arrière ou dans le sens de la dérive.La stabilité est meilleure!

À ce stade, j’entends déjà les cris d’orfraie de certains, le sifflement des hameçons et bas ligne dans l’air (à vous glacer le sang, ou à frôler la crise cardiaque…). Il est donc préférable de regarder notre vidéo afin de vous rassurer.

video à paraître prochainement

La tension de la ligne et la vitesse du bateau sont garants pour les zodiacs du bon déroulement des opérations. La ligne est ainsi mise à l’eau (filage) à une distance très confortable pour un bateau semi rigide. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas hésiter à avancer rapidement.

C) Fin de ligne:

Comme à l’autre extrémité, un boute suffisamment long permet l’accrochage à l’orin du fanion à la profondeur adéquate. On arrêtera le moteur et maintiendra la ligne tendue à la main (comment on le ferait pour un filet de pêche) afin de tendre l’ensemble.

 

précision : En cas de blocage ou problème lors de la mise à l’eau de la palangre, il n’y a aucune hésitation à avoir il faut immédiatement couper la ligne, sans réfléchir, avec les ciseaux coupe queue par exemple, ou un couteau toujours gardé à proximité immédiate.

Vous éviterez ainsi les mauvais réflexes, ou gestes malheureux et les interminables attentes aux urgences…(sic!)

 D) récupération de la palangre :

Après avoir laissé la palangre travailler seule pendant 2 à 3 heures maximum dans la cadre d’une pêche durable et respectueuse de la ressource, le relevage se fait en général moteur arrêté dans le sens de la dérive pour faciliter la récupération. N’oubliez pas  de ranger soigneusement la palangre dans son bac et de raccrocher  les hameçons dans l’ordre des ergots au fur et à mesure.

Une deuxième méthode est aussi possible, et peut-être moins risquée surtout lorsque le temps n’est pas calme.

Dans un premier temps on relève le lest le plus en aval de la dérive.

Schéma Relevage ou récupération d'une palangre

 On retire la bouée , l’orain et le plomb en remplaçant le tout par une bouée à l’extrémité de la palangre (1) .On se préoccupe alors de la deuxième bouée et du lest en amont ,au plus près du vent (2) que l’on relève complètement. La palangre est alors récupérée aisément sans accroche car elle n’est plus lestée (3).

On peut compter au moins 4 types de palangres différentes qui peuvent être utilisées en fonction du poisson désiré :

 

1) La palangre flottante

Palangre flottante

Les points de fixation de la ligne mère aux deux orins d’extrémité sont à mi hauteur par rapport à la profondeur. Pour la ligne principale, on utilise de la cordelette de 2 à 3 mm de diamètre Pour que la ligne ne flotte pas en surface en fonction de l’heure de la marée,on disposera, çà et là, quelques olives destinées à la maintenir entredeux eaux. Les flotteurs sur la ligne seront placés tous les 3 à 5 hameçons. On peut aussi mettre les flotteurs en surface afin de maintenir la ligne à 2M de profondeur. Les hameçons utilisés sont de type 2/0 ou 3/0. Les avançons seront d’environ 1,50 m de long, afin de laisser le maximum de liberté et donner un aspect naturel aux appâts Ce genre de ligne s’adresse plutôt à des poissons comme le bar même s’il est fréquent, surtout  la nuit, de capturer d’autres poissons : lieus, dorades,… on peut choisir des appâts artificiels leurres souples shads, ou naturels selon le poisson recherché pour ce type de pêche. Les leurres souples ou flap en caoutchouc seront choisis de différentes couleurs afin de déterminer le plus efficace selon le lieu de pêche.

 

2) la palangre semi-flottante

La fixation sur les orins des fanions se fait environ 1,50 m/2m du fond. Des petits flotteurs tous les 5 à 10 m destinés à maintenir les avançons légèrement au-dessus du fond complètent le dispositif.Dans certains cas,  Il est ajouté dans l’alignement des flotteurs  des plombs qui iront jusqu’au fond sur des bas de ligne rattachés à la palangre .

palangre semi-flottante

 

On n’hésitera pas à faire des avançons de 50/100 de  1 m  à 1,5m de long (pour le bar) montés sur du fil d’au moins 1,2 mm de diamètre (120/100) environ toutes les brasses (1,8m) sans que les hameçons puissent se rejoindre.

Ce type de ligne s’intéresse à tous les poissons vivant à proximité du fond comme le lieu, le cabillaud,… Là encore les leurres artificiels peuvent fonctionner lorsque l’on ne dispose pas de petits poissons vivants, tacauds, lançons ou crabes,crevettes, encornets etc.

3) la palangre bigouden ou bahot et palangre verticale

palangre Bahot

Ces palangres appelées aussi « bigoudènes »ou Bahot dans certains secteurs (à cause sûrement de leur aspect coiffe bretonne), s’avèrent beaucoup plus faciles d’utilisation. Elles pourront faire l’objet de relevages fréquents vous pouvez même les poser dans des endroits difficiles où vous n’oseriez jamais mettre une palangre classique comme à proximité des épaves ou d’enrochements.

palangre verticale ou Bigouden

Certains férus se livrent ainsi à une pêche active et naviguent en permanence d’une palangre à l’autre. Avec des appâts naturels c’est encore plus efficace. N’oubliez pas que vous n’avez droit qu’à deux palangres même si elles comportent moins de 30 hameçons chacune !Cette technique de pêche très prisée pour la dorade est intéressante aussi pour d’autres poissons comme le congre, le saint-pierre ou la julienne. Vous pouvez aussi vous référer à notre article sur la pêche à la palangre à congre pour vous en inspirer (lien ici.) Il faudra adapter la taille des hameçons en conséquence.

 

 

4) la palangre de fond

Destinée à des poissons comme la raie, le congre, la sole… les hameçons seront de plus ou moins grande taille en fonction des poissons visés( de2/0 à 7/0) et restent en permanence sur le fond. Pour les palangres de fond, les appâts choisis seront naturels : arénicoles, morceaux de seiche, blanc de seiche, crabes, sardines, morceaux de maquereaux, tacauds,crevettes en fonction du choix de l’espèce espérée sur les lignes.

palangre de fond ou palangre à congre

Concernant la mise à l’eau de la palangre et son relevage après la pêche, vous trouverez dans l’article sur la pêche du congre à la palangre la méthode de filage pour une bassine à palangre classique et le matériel utilisé pour que tout se passe bien.

Bien sûr vous pouvez utiliser la méthode décrite ci-dessus comme pour les palangres flottantes ou semi-flottantes avec notre panier à palangre , ce qui vous facilitera la vie avec une sécurité maximale.n’oubliez pas à votre retour à terre de rincer vos palangres à l’eau douce,cela facilitera l’utilisation ultérieure.

Toutes ces méthodes  de pêche à la palangre permettent, si l’on effectue des relevages réguliers et rapprochés (quelques heures), de préserver la ressource pour une pêche durable et responsable. Vous dégusterez alors de beaux poissons, tout en laissant les plus petits repartir vers d’autres horizons…