Tous les articles par amppem

Ratatouille de margates (seiches) de Vendée

Recette Rata de seiches ou margates de Vendée

Rata de seiche à la vendéenne
Rata de seiche à la vendéenne

Pour cette recette de seiches typique de Vendée et de Saint jean de Monts

Ingrédients pour 6 personnes :

1 kg de seiches  (pêchées en vendée ) le nettoyage se fait ainsi selon cette méthode

4 gousses d’ail

Pour ceux qui n’aiment pas se salir les mains ,demandez à votre poissonnier ,il vous proposera des blancs de seiches déjà nettoyés.

150 g de poivron

200 g de tomates

150 g de carottes, thym, persil, laurier sauce. 50 cl de vin blanc, et 10 cl de rhum, piment d’Espelette

ainsi que 600 g de pommes de terre de Noirmoutier (les fameuses  Bonottes de Noirmoutier font aussi l’affaire). Vous n’en trouverez par contre  pas forcément toute la saison.

Préparation :

il faut nettoyer la seiche (pour ceux qui reviennent de la pêche) et la tailler en petits morceaux de 2 cm avant de la faire colorer dans l’ huile. Dans la même cocotte faire revenir la garniture taillée en brunoise puis, flamber le tout  au rhum.

Mouillez l’ensemble ainsi constitué  au vin blanc et ajoutez de l’eau à hauteur. Laissez cuire tranquillement en ajoutant les pommes de terre aux deux tiers de la cuisson, et assaisonner .

On peut servir chaud ou froid selon la saison

accompagnement:

Vous pourrez  déguster votre cuisine  avec un vin blanc Touraine sauvignon, ou rosé de la région (vin des fiefs Vendéens Mareuil ou Brem). Appellation d’origine contrôlée depuis 2011.

Si cet article vous a aidé, n’hésitez pas à mettre un pt’it like et à partager avec votre entourage ou sur les réseaux sociaux !

A suivre : recette de margates de l’île d’Yeu

Enregistrer

Enregistrer

La pêche sur épaves

Pêcher sur épave

ne s’improvise pas, Beaucoup considèrent que cette pêche n’est pas pour eux et renoncent prématurément. Avec les bateaux actuels ayant une bonne tenue à la mer, la plupart des épaves sont accessibles en toute sécurité en respectant les règles inhérentes à toute bonne navigation et avec une bonne préparation de la sortie de pêche. . Tout commence à la maison :

     



     1) consultation des cartes marines

3 solutions s’offrent alors à vous :

                   a) cartes marines

La plupart des épaves figurent sur les cartes marines et sont identifiées par le sigle « wrk » de l’anglais « wreck » qui signifie « épave ». Si elles sont affleurantes à marée basse, le sigle est un bateau incliné en noir à moitié coulé. Le positionnement n’est pas toujours d’une grande précision. Sur la carte papier il vous faut tirer des traits et faire des calculs pour trouver les coordonnées.

                  b) les cartes marines sur Internet

Plusieurs sites sont consultables librement, directement en ligne. Vous avez les cartes du S.H.O.M. ou celle de Navionics /Garmin dont vous pouvez retrouver un accès direct ci-dessous et zoomer sur la zone qui vous intéresse.

[nav-webapi item=2848]

Sur ces cartes marines, l’indication de l’épave immergée est signalée par le signe wk ou W RK ou encore une ellipse en pointillés avec un tiret au milieu.

 

Sur le site du S.H.O.M. La profondeur est indiquée en général sur l’épave. C’est le sommet de celle-ci. En regardant à côté, on trouve le « fond voisin » et on obtient le brassiage (hauteur de l’épave).

C’est la mesure la plus forte marée basse (coefficient 110). Il vous faut alors déterminer la position avec plus ou moins de précision.

Au S.H.O.M, vous avez une indication avec les coordonnées en bas à gauche de l’écran. Chez navionics, sans être connecté avec un Smartphone vous ne pouvez pas avoir les coordonnées exactes même si l’on peut zoomer sur la carte.

     c) les cartes intégrées au sondeur GPS

Si vous n’avez pas un sondeur portatif, il sera assez gênant de faire votre préparation à la maison.

Si vous avez une carte Garmin par exemple et un sondeur portatif, vous pouvez vous brancher directement sur l’ordinateur avec et consulter votre carte grâce à un programme gratuit : HomePort. Vous pourrez y ajouter et modifier tous les points directement et rechercher les coordonnées exactes des épaves sur votre carte,ce qui vous fera gagner un temps précieux.

   2) rechercher l’ historique de l’épave:

Pour vérifier l’intérêt de votre recherche, et sa validité et afin d’avoir plus de précisions, vous pouvez consulter des ouvrages sur la plongée dans votre région.

Vous obtiendrez ainsi des renseignements précis sur l’âge de l’épave, sa taille, des photos, et même pour certaines des schémas détaillés avec la position au fond de l’épave.

De nombreux sites existent dont archeosousmarine ou la fédération française des études et sports sous marins.

La précision actuelle des GPS étant de l’ordre de 6 m, il sera relativement aisé de localiser directement l’épave si les cordonnées de départ sont suffisamment précises. Bien sûr, des coordonnées vous seront aussi proposées…

Tout ceci vous permettra d’avoir une idée plus précise de ce que vous allez ensuite chercher en mer.

   3)Trouver l’emplacement de l’épave

C’est là que les difficultés commencent. Vous allez devoir trouver l’épave avec un ou 2 points présumés.

Une fois arrivés sur zone (toujours au minimum à 2),car la technique demande beaucoup de précision et d’attention,

Vous pourrez lâcher une première bouée et d’effectuer patiemment une recherche au sondeur sur toute la zone environnante en procédant de façon rigoureuse.

À cet effet, plusieurs méthodes peuvent être utilisées.

 a) la technique en spirale ou escargot

b) la technique en carré

c) la technique en parallèle

Lorsque l’épave apparaîtra enfin clairement sur le sondeur, (assez aisé avec les sondeurs actuels très performants grâce à leur techniques en 3D Side imaging ou Down scan),  il faudra immerger une seconde bouée.

Elle servira de repère pendant toute la partie de pêche et mémoriser précieusement ce nouveau positionnement sur votre GPS.

Pensez aussi à noter le fond moyen environnant l’épave.

Cela vous permettra en ayant le point le plus haut de l’épave de calculer la hauteur de celle ci en soustrayant du fond moyen environnant.

Ainsi, Vous  jugerez de l’intérêt et de son importance sur le fond.

d) Emplacement des épaves du coin:

Vous trouverez ci après  les coordonnées Gps de quelques épaves en Vendée entre Notre dame de monts et St Gilles Croix de Vie avec leur latitude (N) et leur longitude (W).

Epaves Quartier Ile yeu :

TENADORES : N 46.43.960    W  002.24.173

JINSEN MARU EX MOGUL:N  46.41.240  W  002.19.78

CHALAND YEU: N 46.39.384   W 002.25.718

CHALAND YEU: N 46.39.472   W 002.25.672

MARSEILLE:  N 46.42.685   W 002.14.150

SAINT ELOI :   N  46.38.977    W  002.25.672

SEQUANA NORD: N 46.36.699   W 002.18.432

MAC CULLOCH:N 46.32.180 W 002.16.563

EPAVES Devant SAINT JEAN DE MONTS, NOTRE DAME DE MONTS , SAINT HILAIRE DE RIEZ:

MARTHA : N 46.48.306 W 002.09.784 sur le pont d’Yeu

BRETON: N 46.46.233 W 002.12.8541 sur le pont D’Yeu

NON IDENTIFIEE: N 46.42.366  W 002.15.199

ANALOIS VEDETTE: N 46.41.240 W  002.08.255

NESTA: N 46.40.806   W  002.05.363

EPAVES  SAINT GILLES CROIX DE VIE:

VEDETTE : N 37 :46.38.582   W 002.10.591

PONTON BIGUE ou ARMOR 150 : N 46.31.562 W 002.10.989

PETIT CABOTEUR : N 46.34.900 W  002.03.166

AVION : N 46.37.610    W 001.56.861

885861683Pour les adhérents à notre association, je peux vous communiquer les points de toutes les épaves existantes ou ayant existé dans notre zone  avec leur histoire !

4) Comment aborder L’épave pour la pêche?

hqdefault

Tenez  compte de la marée en évitant les coefficients >85. La dérive ne devra pas excéder un nœud (0.51 mètres par seconde ou 1.85km/h).

Le vent a aussi son importance et ne devra pas dépasser les 12 ou 13 noeuds.

Deux modes principaux de pêche sont couramment pratiqués sur épaves :

a) Au mouillage

Il s’agit, dans un premier temps, d’immobiliser le bateau au-dessus de l’épave et plus précisément à l’endroit où les poissons auront été repérés au sondeur. Plus facile à dire qu’à faire !

C’est la méthode la plus délicate qui nécessite d’être absolument au moins à 2. D’autre part il vous faudra un boute d’amarrage d’une longueur égale 2 à fois la profondeur à laquelle se trouve l’épave.

Il faudra remonter d’environ 100 à 200 m dans le sens contraire à la dérive que l’on aura estimée préalablement par un ou plusieurs passages à blanc au-dessus de l’épave.

Le sondeur gps peut vous aider avec les traces que vous avez réalisées. Alors, jetez l’ancre lorsque le bateau sera bien positionné en amont de l’épave.

Puis,on ajustera la position avec la longueur du boute position en jouant sur la longueur de l’amarre entre le bateau et la bouée de mouillage.

Comment Pêcher sur épave?
Comment pêcher sur épave ?

Si les fonds entourant l’épave sont propres, on peut envisager d’utiliser une ancre classique .

Mais la plupart des pêcheurs préfèrent se servir d’un grappin dont les brins peuvent se détordre sous forte traction en cas de croche importante.

L’expérience et le sens marin du pilote s’avèrent primordiaux pour bien réussir cette manœuvre cruciale dont dépend en grande partie la réussite de la pêche.

Il faut aussi savoir qu’en fonction des vents et des courants, il sera peut-être nécessaire de modifier plusieurs fois le mouillage initial.

Tout cela peut sembler fastidieux, mais on ne peut rien espérer de bon sans une bonne exécution de cette manœuvre préalable.

Vous pouvez retrouver dans notre rubrique trucs et astuce comment éviter de rester accrochés sur le fond avec l’ancre.

 b) En dérive

À priori, on pourrait penser que la pêche en dérive est plus facile. C’est sans compter avec l’appétit féroce manifesté par les épaves pour nos montages.

La pêche en dérive sur épave est une pêche de précision.

D’abord, il faut impérativement se fier aux indications données par le chef de bord. Celui ci doit rester au poste de pilotage et suivre avec attention les indications fournies par le sondeur.

Cela permet d’optimiser le moment de la mise à l’eau afin d’éviter que les lignes ne tombent dans les enchevêtrements de la carcasse du bateau.

Si le poisson ne mord pas et que le sondeur montre une activité décollée du fond ,il faut faire évoluer la ligne à quelques mètres au-dessus du fond jusqu’à mi hauteur pour le bar en passant de chaque côté de l’épave si le courant le permet.

   5) les techniques de pêche sur épave?

Pour bénéficier au maximum du passage sur l’épave, on se positionnera de travers , pour une pêche plus efficace avec éventuellement une ancre flottante.

Puis, on lancera les leurres ou appâts bien en amont du moment où l’on passera dessus en calculant la vitesse de dérive.

Ainsi au moment du passage du bateau au-dessus de l’épave la ligne sera la plus verticale possible .

On n’hésitera pas si le courant est marqué à continuer à pêcher jusqu’à 100 m derrière l’épave, car les gros carnassiers comme les bars attendent leurs proies un peu en aval….

Les lieux jaunes eux, laissent les bars chasser dans le courant et entrent en action au début et en fin de courant quand celui-ci a stoppé.

Les tacauds mordent à l’étale lorsqu’il n’a plus du tout de courant. On peut ainsi prendre des poissons variés pendant la partie de pêche.

Avec l’expérience et le temps, on constate que les moments de passage migratoire des poissons sur les épaves sont cycliques pour chaque espèce avec des décalages jusqu’à une dizaine de jours chaque année en fonction de la météo.

La difficulté sera d’être au bon endroit au bon moment.

 6) Quels leurres, appâts, et montages ?

Pour ce qui est des leurres, vous n’avez que l’embarras du choix. Compte tenu,  des casses fréquentes et inévitables dans ce genre de pêche, on peut être tenté de faire des montages maison pour limiter la dépense.

Mais c’est se priver des innombrables possibilités offertes par les nouveaux leurres. Nos vieux caoutchoucs peuvent ainsi être avantageusement remplacés par des shads ou les slugs montés en drop-shot  et le plomb terminal par un jig équipé d’assist hooks pour finalement obtenir un montage très performant et relativement peu accrocheur.

La pêche aux appâts est aussi efficace. On peut avoir du poisson vivant ou mort, crabes, maquereaux, sardines ou du blanc de seiche.

En toute circonstance, il faudra s’adapter en fonction du jour et de l’appétit des poissons (ou de l’épave..)..

Une grande variété de poissons

Sur les épaves on peut pêcher de tout : tacauds, dorades, vieilles, congres, bars, lieus, juliennes, dentis… la prépondérance d’une espèce ou d’une autre varie en fonction de la saison et du stade de marée.

Une pêche aléatoire

N’allez surtout pas croire qu’il suffit de se rendre sur une épave pour faire du poisson.

Pour diverses raisons dont certaines inexplicables, la pêche sur épave est avant tout aléatoire. Parfois ce sont même de très désagréables surprises qui vous attendent comme celles de voir la zone tant convoitée littéralement envahie de filets.

En pareil cas, il ne reste plus qu’à faire route sur une autre épave .

Faites route si vous avez la chance d’en connaître une autre pas trop éloignée de votre position actuelle !

Parfois, il est nécessaire de visiter plusieurs épaves avant de trouver un peu de poisson en activité.

On comprendra l’intérêt de posséder un bateau doté d’une bonne vitesse de croisière si l’on ne veut pas voir la partie de pêche initialement prévue se transformer en simple croisière !

 

Enregistrer

Enregistrera